Recettes de cocktails, spiritueux et bars locaux

Lady Gaga perd un procès pour une boisson énergisante

Lady Gaga perd un procès pour une boisson énergisante


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La boisson énergisante peut continuer à s'appeler GaGa

Lady Gaga a perdu un procès contre un homme d'affaires autrichien vendant une boisson énergisante appelée GaGa.

Lady Gaga a eu de mauvaises nouvelles cette semaine lorsqu'elle a perdu un procès en matière de brevet contre un homme d'affaires autrichien vendant une boisson appelée GaGa, qui, selon lui, ne porte pas le nom de la chanteuse et n'a rien à voir avec elle.

Selon The Local, quand Adam Galirow et sa femme ont proposé leur recette de boisson énergisante contenant de la caféine contenant des probiotiques et de la stévia, ils l'ont nommée GaGa comme abréviation de leur nom de famille, Galirow-Galirow. Mais le nom de GaGa ressemble et se prononce exactement comme le surnom de Lady Gaga, alors ses avocats ont envoyé une lettre disant à Galirow de changer le nom de la boisson ou de faire face à un procès.

Mais Galirow est clair, car l'office des brevets vient de déclarer que la boisson de Galirow est très bien telle qu'elle est, car Galirow avait breveté la boisson sous le nom de GaGa en 2011. Lady Gaga était déjà très célèbre à l'époque, mais elle avait pas breveté son nom de scène pour une utilisation dans la catégorie des boissons non alcoolisées, de la bière et des eaux minérales. Galirow a fait breveter sa boisson dans cette catégorie, et le bureau des brevets a déclaré que personne n'était susceptible de confondre Lady Gaga la chanteuse avec une canette de boisson énergisante GaGa.


Gas Monkey Bar intente une action en diffamation de 6 millions de dollars contre le fondateur et star de la télévision Richard Rawlings

17:22 le 15 juin 2018 CDT

Mise à jour à 20h50. Vendredi: Révisé pour inclure la déclaration de l'avocat de Richard Rawlings.

Le populaire restaurant et salle de concert de Dallas Gas Monkey Bar N' Grill poursuit son fondateur, Richard Rawlings, pour diffamation et "tentatives délibérées et trompeuses" de résilier son contrat, selon un procès.

La poursuite, qui réclame 6 millions de dollars de dommages et intérêts, a été déposée jeudi au nom du barreau et de son membre directeur, Daniel Flaherty, contre Rawlings, la société de production de son émission de télé-réalité Discovery Channel. Vite et fort, et Gas Monkey Holdings.

L'avocat de Rawlings a déclaré dans un communiqué que la demande n'était pas fondée.

« Gas Monkey Bar a enfreint notre accord de licence depuis le premier jour, nous avons essayé de résoudre ces problèmes au cours des cinq dernières années, nous avons mis fin à la relation lorsqu'il est devenu clair qu'ils n'étaient pas disposés et incapables de remplir leurs obligations contractuelles, et il est évident qu'il ne s'agit que d'une affirmation fabriquée comme un ultime effort pour tenter de récupérer la licence », a déclaré Austin Champion, l'avocat représentant Rawlings.

La société de production Pilgrim Films and Television et les avocats représentant le barreau du nord-ouest de Dallas et Flaherty n'ont pas pu être joints pour commenter.

Les problèmes avec Rawlings ont commencé avant même que le bar près de son Gas Monkey Garage n'ouvre ses portes il y a cinq ans, selon le procès.

Pendant sa construction, l'employé du bar Tim Hinkhouse a écrit dans un e-mail de mai 2013, "Richard a été extrêmement perturbateur. Son traitement des ouvriers du bâtiment était plus qu'inacceptable. Son comportement est celui d'un garçon de 13 ans gâté", selon le procès.

Après plusieurs cas où Rawlings a interrompu et interrompu la construction, selon le procès, Flaherty l'a interdit du chantier de construction afin que le travail puisse être terminé.

Depuis l'ouverture du bar et de la salle de concert en septembre 2013, "Rawlings a constamment essayé de s'insérer dans leurs opérations et d'usurper le contrôle" de Flaherty, selon le procès.

Le procès allègue également que Rawlings a calomnié le bar et a fait des "accusations sans fondement" selon lesquelles Flaherty, qui vit à Coppell, le volait.

En 2015, Rawlings a écrit un e-mail à Flaherty au sujet de dossiers financiers incomplets ou manquants, selon le procès. Flaherty a répondu en disant à Rawlings qu'il était le bienvenu pour s'asseoir et regarder les disques lui-même, mais Rawlings a dit qu'il ne pensait pas que les disques existaient.

Le procès dit que Rawlings a fait des déclarations diffamatoires à propos de Flaherty et du bar à d'autres personnes et que Flaherty a confronté Rawlings à ce sujet dans un e-mail qu'il a envoyé le 21 juillet 2016, qui disait : « Vous me reprochiez d'être malhonnête et de vous voler. Je vous ai dit au cours des 2 dernières années que vous êtes invités à vérifier les livres à tout moment."

Rawlings a envoyé une réponse qui disait: "Mon erreur de mélanger la boisson et les émotions. Désolé pour cela", selon le costume.

Lorsqu'un acheteur tiers était sur le point de finaliser un accord pour obtenir les droits de Gas Monkey Bar N' Grill et Gas Monkey Live en 2017, le procès indique que Rawlings a accusé Flaherty et le bar de malhonnêteté et de vol de son argent, ce qui a causé l'accord. tomber à travers.

Cela s'est produit après que Rawlings a tenté d'acheter lui-même les droits du bar et de la salle de concert en 2016, mais n'a pas pu en raison de fonds insuffisants, selon le procès.

Le procès allègue également que Rawlings et Pilgrim Films and Television envisagent d'ouvrir leur propre lieu de divertissement sur le thème de Gas Monkey dans le Connecticut et « détournent » ainsi le concept de restaurant du bar.


Le brasseur Bud Light Anheuser-Busch accuse MillerCoors d'avoir volé ses recettes de bière

Dans la dernière escalade de la bataille juridique entre Anheuser-Busch InBev et MillerCoors, le brasseur Bud Light accuse son rival d'avoir volé des recettes secrètes pour ses bières, dont Michelob Ultra et Bud Light.

MillerCoors, la filiale américaine de Molson Coors, a d'abord déposé une plainte contre Anheuser-Busch en mars après que son rival a diffusé une publicité pour le Super Bowl qui faisait honte à Miller Lite et Coors Light pour avoir utilisé du sirop de maïs. En septembre, un juge fédéral a émis une injonction préliminaire contre Anheuser-Busch, empêchant le géant de la bière d'utiliser des emballages Bud Light indiquant « pas de sirop de maïs ». Anheuser-Busch a fait appel de la décision.

Dans une demande reconventionnelle rédigée déposée jeudi, le brasseur Bud Light allègue qu'un ancien employé qui travaille maintenant dans une brasserie MillerCoors au Colorado obtenait des informations d'employés actuels d'Anheuser-Busch qui violaient les accords de confidentialité dans les jours avant et après le Super Bowl. Certaines de ses questions concernaient l'utilisation de sirop de maïs dans le processus de brassage, affirme Anheuser-Busch dans le dossier.

Des cadres supérieurs de MillerCoors demandaient des informations, et le PDG Gavin Hattersley a été inclus dans les chaînes de courrier électronique au sujet des conclusions, selon le dossier.

MillerCoors aurait également produit des documents montrant les recettes de Bud Light et Michelob Ultra dans le cadre de son affaire en cours contre Anheuser-Busch. Anheuser-Busch pense que ces recettes étaient des impressions de captures d'écran qui ont été pliées, sorties de sa brasserie et envoyées par SMS.

Le dossier d'Anheuser-Busch a qualifié ces recettes de "extraordinairement précieuses", citant le statut de Bud Light comme la bière la plus vendue aux États-Unis et la Michelob Ultra comme celle qui connaît la croissance la plus rapide.

"Nous ferons valoir notre droit de découvrir jusqu'où cela peut atteindre l'organisation MillerCoors", a déclaré Anheuser-Busch dans un communiqué. "Nous prenons nos secrets commerciaux au sérieux et les protégerons dans toute la mesure de la loi."

Le porte-parole de MillerCoors, Adam Collins, a déclaré dans un communiqué qu'Anheuser-Busch avait perdu trois décisions dans cette affaire et tentait de détourner l'attention du fait qu'ils avaient induit les consommateurs américains en erreur.

"MillerCoors respecte les informations confidentielles et prend au sérieux toute allégation contraire, mais si les ingrédients sont secrets, pourquoi ont-ils dépensé des dizaines de millions de dollars pour dire au monde entier ce qu'il y a dans Bud Light ? Et pourquoi les ingrédients sont-ils imprimés sur les emballages de Bud Light en lettres géantes ? », a déclaré Collins.


Une poursuite de 25 millions de dollars accuse l'énergie et les compagnies maritimes d'un chavirement fatal

NOUVELLE-ORLÉANS (AP) – Le bateau de l'industrie pétrolière offshore qui s'est renversé dans une catastrophe meurtrière dans le golfe du Mexique la semaine dernière a reçu l'ordre de prendre la mer dans des conditions dangereuses par une société d'énergie qui a fait passer « l'argent avant la sécurité », selon deux poursuites de 25 millions de dollars.

Les poursuites ont été déposées devant le tribunal de l'État du Texas à Houston par un avocat de Hannah Daspit et Krista Vercher, toutes deux de Louisiane. Le mari de Daspit, Dylan Daspit, et le fiancé de Vercher, Jay Guevara, faisaient partie des 19 personnes travaillant sur le bateau lorsqu'il s'est renversé par temps orageux le 13 avril. Six personnes ont été secourues et six corps ont été retrouvés et identifiés au Vendredi après-midi. Dylan Daspit et Guevara faisaient partie des sept disparus et présumés morts.

Haspit a déposé une plainte mercredi devant le tribunal de l'État du Texas à Houston. Vercher, poursuivant au nom d'elle-même et de l'enfant de Guevara, a poursuivi vendredi. Les deux poursuites, déposées par l'avocat Francis Spagnoletti, mettent en cause Talos Energy ainsi que l'opérateur de bateaux élévateurs Seacor Marine LLC et sa filiale Seacor Lifftboats LLC pour l'accident mortel.

Ils sont les premiers de ce qui devrait être de nombreuses poursuites judiciaires déposées pour le chavirement du Seacor Power, un bateau élévateur de 234 pieds de long (71 mètres de long). Le navire était en route de Port Fourchon, en Louisiane, vers une plate-forme Talos lorsqu'il s'est renversé.

"Dylan Daspit a perdu la vie dans le chavirement tragique du navire, pour la décision de ces défendeurs de mettre de l'argent sur sa vie", a déclaré le procès Daspit.

Le procès au libellé similaire déposé vendredi dit "Krista Vercher a perdu sa meilleure moitié", et ajoute que l'enfant de Guevara a perdu son père.

Les poursuites portent sur des questions susceptibles d'être critiques dans une enquête du National Transportation Safety Board, qui devrait durer jusqu'à deux ans, et dans les litiges. Ils incluent le rôle de la météo dans le chavirement, si le navire aurait dû prendre la mer malgré les prévisions de tempêtes et qui devrait être tenu pour responsable.

Les poursuites répertorient de nombreuses allégations contre les entreprises, notamment qu'elles n'ont pas évalué correctement les conditions météorologiques et n'ont pas élaboré de plan d'urgence. Les poursuites accusent spécifiquement Talos d'avoir "ordonné au navire de prendre la mer dans des conditions dangereuses en tant qu'affréteur".

Seacor n'a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires vendredi. Un porte-parole de Talos a déclaré que la société ne commentait pas les litiges. La société, cependant, avait déjà abordé la décision de quitter le port avant que le procès ne soit déposé.

"Le Seacor Power était au port pour entretien et inspections pendant plusieurs jours avant son départ", a déclaré samedi la société en réponse à une question du Times-Picayune/The New Orleans Advocate. "Le navire n'était pas dans une installation de Talos et était entièrement sous le commandement de son capitaine et de Seacor Marine, y compris le moment de quitter le port." La déclaration a été confirmée vendredi par le porte-parole Brian Grove.

Le capitaine du navire, David Ledet, 63 ans, figurait parmi les morts. Il n'est pas mentionné dans le procès.

Les prévisions et avis du National Weather Service archivés par l'Iowa State University montrent un avertissement maritime spécial pour les eaux au large de Port Fourchon peu après midi le 13 avril. Il a mis en garde contre un orage dans la région avec des vents dépassant 34 nœuds (39 mph ou 63 km /h), qui sont des vents de force tempête tropicale, et « des vagues soudainement plus hautes ».

« Les bateaux pourraient subir des dommages ou chavirer. Assurez-vous que tous à bord portent des gilets de sauvetage. Retournez à un port sûr si possible », a déclaré l'avertissement.

Pourtant, il n'y avait aucune indication avant le départ du bateau à 13h30. des vents de plus de 80 mph (129 km/h), qui sont bien au-delà de la force d'un ouragan, et des vagues de 7 à 9 pieds de haut (2,1 à 2,7 mètres) que la Garde côtière a dit que le bateau a rencontrées au moment où il s'est renversé après 4 après-midi

John Gellert, président de Seacor, a déclaré que les prévisions ne présageaient pas que le bateau était incapable de gérer.

« Le temps qu'ils devaient rencontrer était bien dans les limites du navire. Le temps qu'ils ont rencontré était bien au-delà des prévisions, pour autant que nous le sachions, à ce moment-là », a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse lundi.

Gellert a alors déclaré que la décision d'y aller ou non appartenait au capitaine. Il a également déclaré que Ledet avait le plein soutien de l'entreprise.

Enregistreur GOP du comté de Maricopa : il n'y a aucune raison légitime pour l'audit

L'enregistreur du comté de Maricopa, Stephen Richer, a déclaré lundi qu'il n'avait d'autre choix que de s'exprimer sur son opposition à l'audit des 2,1 millions de bulletins de vote déposés dans son comté lors de l'élection présidentielle de novembre. Le Sénat de l'État de l'Arizona, dirigé par le GOP, a utilisé des citations à comparaître pour obtenir les bulletins de vote, les machines à voter et les informations personnelles sur les électeurs, et a engagé une société de cybersécurité basée en Floride appelée Cyber ​​Ninjas pour effectuer l'audit. Il n'y a aucune "raison légitime qui aurait motivé cet audit", a déclaré Richer, un républicain, à ABC News Live & The Breakdown. « Cela se produit, non pas parce que les preuves le méritent. Tous les tests sont revenus propres. Les partis eux-mêmes ont supervisé l'audit du décompte des mains de plus de 47 000 votes. » Cyber ​​Ninjas n'a aucune expérience des élections, et son PDG a tweeté pour soutenir la fausse affirmation de l'ancien président Donald Trump selon laquelle il a vraiment gagné l'Arizona, pas le président Biden. Richer a déclaré qu'il était " frustrant " que " certaines entreprises professionnelles et légitimes aient fait des offres au Sénat de l'Arizona pour faire ce travail et nous aurions apprécié cela ". rompu avec les machines à voter, et comme les responsables électoraux ne savent pas ce que les Cyber ​​Ninjas ont pu faire aux machines, ils ne peuvent pas être utilisés lors d'élections futures. Richer a déclaré à The Breakdown qu'il prévoyait de garder le silence pendant l'audit, mais lorsqu'un compte Twitter anonyme a faussement accusé le comté de Maricopa d'avoir supprimé des fichiers d'électeurs – une affirmation que Trump n'a pas tardé à amplifier – il a « franchi la ligne ». Je voulais rester en dehors de cela, mais lorsque les bons travailleurs du comté de Maricopa - qui sont mes amis, mes coéquipiers, mon personnel - sont accusés d'avoir détruit illégalement des preuves sous ma surveillance, alors je devais dire quelque chose. " Le comté de Maricopa, il ajouté, détermine maintenant s'il peut poursuivre des accusations de diffamation. Plus d'histoires de theweek.com5 caricatures très drôles sur la résistance du GOP à la Commission du 6 janvierLe mythe du bipartismeEn vertu de la nouvelle loi de Floride, les sociétés de médias sociaux peuvent être condamnées à une amende pour avoir interdit des candidats politiques

Tata Steel maintiendra les salaires des familles des victimes de Covid en Inde

L'annonce est intervenue alors que les décès liés au coronavirus en Inde dépassaient les 300 000.


ARTICLES LIÉS

"J'avais l'habitude de crier et de me jeter contre un mur, et vous savez pourquoi ce n'est pas bon de se couper, de se jeter contre un mur et de m'automutiler parce que cela vous fait vous sentir pire."

Elle a également déclaré qu'au milieu de son voyage émotionnel, elle a récemment dû faire face à des pulsions d'automutilation, expliquant la logique sous-jacente.

Elle a déclaré: «Même si j'ai six mois brillants, il suffit de se déclencher une fois pour se sentir mal. Et quand je dis que je me sens mal, je veux dire que je veux couper.

'Pensez à mourir. Je me demande si je vais jamais le faire. J'ai appris tous les moyens de m'en sortir.

Choquant: Gaga a révélé qu'elle avait eu une pause psychotique complète et qu'elle travaillait toujours sur sa dépression lorsqu'elle a accepté son Oscar de la meilleure chanson originale en 2019

« Tu sais pourquoi il n'est pas bon de couper ? » elle a dit. « Tu sais pourquoi il n'est pas bon de se jeter contre le mur ? Tu sais pourquoi il n'est pas bon de s'automutiler ? Parce que cela vous fait vous sentir pire.

« Vous pensez que vous vous sentirez mieux parce que vous montrez à quelqu'un : « Écoutez, j'ai mal. » Cela n'aide pas.

Le processus de récupération a été long, Gaga avouant qu'elle travaillait toujours sur sa dépression lorsqu'elle a accepté son Oscar de la meilleure chanson originale pour A Star Is Born's Shallow en 2019.

"Tout a commencé à changer lentement, il a fallu deux ans et demi pour m'en sortir", a-t-elle expliqué. "A cette époque, j'ai gagné un Oscar - et personne ne le savait !"

Trauma : Gaga, de son vrai nom Stefani Germanotta, a expliqué qu'il n'y a pas de solution facile en matière de santé mentale et qu'elle doit encore travailler sur elle-même

Proposant des conseils à toute personne dans une situation similaire qui pourrait être en difficulté, elle a déclaré: «Il est si important de s'entourer d'au moins une personne qui vous valide. Il existe un moyen de vous réguler.

Révélant comment elle s'aide, Gaga a expliqué: "Si je me concentre et que je vais" ok, je vais me réveiller et faire une thérapie ou une mise à la terre ou de la gratitude et je vais bouger mon corps et manger et faire des choses que je sais être saines pour mon corps. Si je fais assez de ces étapes d'affilée, je continue.

'Je dis "Stefani sois courageux, tu dois être plus courageux". Et puis avant de m'en rendre compte, je me tiens dans mon jardin et je dis "Ok, je suis de retour".

Candide: Gaga a déclaré qu'au milieu de son voyage émotionnel, elle a récemment dû faire face à des pulsions d'automutilation, expliquant la logique derrière cela

Bien qu'elle se sente dans un meilleur endroit maintenant, Gaga doit encore travailler sur elle-même tous les jours, et elle a expliqué: " La ligne que je marche donne en fait l'impression que je veux me couper et que je ne le fais pas, sont en fait très proches les unes des autres. .

«Tout le monde pense que ça va être comme une ligne droite, que c'est comme tous les autres virus, que vous tombez malade et ensuite vous guérissez, vous savez? Ce n'est pas comme ça.

« Et en fait, je pense que cela piège les gens parce que vous êtes frustré par vous-même : « pourquoi je ne m'améliore pas, qu'est-ce qui ne va pas chez moi ? »

'Et tu sais quoi? Il n'y a rien de mal avec vous. Mais il y a quelque chose qui ne va pas, et ce n'est pas facile ».

Déchirant: Gaga a déclaré qu'elle avait eu une "pause psychotique totale" lorsqu'elle a été violée par un producteur de musique et est tombée enceinte à l'âge de 19 ans (photo de 2005 à 19 ans)

Au cours du documentaire, Gaga a partagé son récit déchirant d'avoir été maltraitée et agressée alors qu'elle tentait de lancer sa carrière musicale.

Gaga se souvient : "J'avais 19 ans et je travaillais dans le commerce, et un producteur m'a dit : "Déshabillez-vous".

'Et j'ai dit "non". Et je suis parti, et ils m'ont dit qu'ils allaient brûler toute ma musique. Et ils ne se sont pas arrêtés. Ils n'ont pas arrêté de me demander, et je me suis juste figé et . Je ne m'en souviens même pas.

Détails: Le chanteur a parlé de l'événement traumatisant lors d'une apparition dans The Me You Can't See, la nouvelle émission du prince Harry et Oprah explorant la santé mentale

Gaga, qui n'a jamais mentionné le nom du producteur de peur de le revoir, a déclaré qu'elle s'était évanouie au milieu de l'agression et s'était purgée en étant physiquement malade pendant une période prolongée afin de faire face à la douleur.

"J'ai été malade pendant des semaines et des semaines et des semaines et des semaines après, et j'ai réalisé que c'était la même douleur que j'ai ressentie lorsque la personne qui m'a violée m'a déposée enceinte dans un coin", a-t-elle déclaré.

Elle a dit qu'elle était "chez [ses] parents au milieu de la maladie parce qu'elle était " maltraitée " et " enfermée dans un studio pendant des mois ".

Gaga a déclaré que l'incident lui avait laissé des cicatrices physiques et émotionnelles, qui perdurent encore aujourd'hui.

Détresse: dans le chat, la chanteuse superstar a déclaré qu'elle avait ressenti un engourdissement physique à la suite de l'attaque pour faire face au traumatisme

La chanteuse a déclaré qu'un médecin lui avait conseillé de consulter un psychiatre pour sa douleur chronique, ce qui a conduit à son diagnostic de trouble de stress post-traumatique.

Elle a poursuivi: "Des années plus tard, je suis allée à l'hôpital et ils ont fait venir un psychiatre et j'ai dit" apportez-moi un vrai médecin, pourquoi y a-t-il un psychiatre ici, je ne peux pas sentir mon corps? "

" D'abord, j'ai ressenti une douleur intense, puis je suis devenu engourdi, puis j'ai été malade pendant des semaines et des semaines après et j'ai réalisé que c'était la même douleur que j'ai ressentie lorsque la personne qui m'a violée m'a déposée enceinte au coin de la rue, mes parents maison, parce que je vomissais.

«J'avais été maltraité, enfermé dans un studio pendant des mois.

Trouble intérieur: Gaga a déclaré qu'elle avait reçu un diagnostic de trouble de stress post-traumatique alors qu'elle luttait pour faire face au traumatisme dans les années qui ont suivi l'attaque (photo de 2009)

«Je veux pouvoir dire à tous ceux qui me regardent que je sèche mes larmes maintenant et que je passe à autre chose, et vous pouvez revenir de choses comme ça.

«Mais quand ça frappe fort, ça peut vous changer. Je n'ai rien ressenti, je me suis dissocié, mon cerveau s'est déconnecté mais tu es dans un état ultra de paranoïa.'

Elle a poursuivi: "J'ai eu une rupture psychotique totale, et pendant quelques années, je n'étais plus la même fille. Ce que je ressens quand je ressens de la douleur est ce que je ressentais après avoir été violée. J'ai eu tellement d'IRM et de scans où ils ne trouvent rien. Mais votre corps s'en souvient.

Bataille en cours: Gaga a expliqué comment l'incident l'a laissée marquée physiquement et émotionnellement, ce qui persiste encore aujourd'hui

Gaga a insisté sur le fait qu'elle ne cherche pas la pitié et veut juste raconter son histoire pour aider les autres.

Elle a déclaré: «Je ne raconte pas cette histoire pour mon propre service, car, pour être honnête, c'est difficile à raconter. J'en ressens beaucoup de honte. Comment expliquer aux gens que j'ai des privilèges, que j'ai de l'argent, que j'ai du pouvoir et que je suis malheureux ? Comment tu fais ça?

«Je ne suis pas ici pour vous raconter mon histoire parce que je veux que quelqu'un pleure pour moi. Je vais bien. Mais ouvre ton cœur pour quelqu'un d'autre. Parce que je vous le dis, je suis passé par là et les gens ont besoin d'aide. Donc, ça fait partie de ma guérison, pouvoir te parler.

Gaga a noué des liens étroits avec Oprah et la chanteuse a parlé de sa santé mentale dans une interview l'année dernière pour la tournée 2020 Vision: Your Life In Focus de la personnalité de la télévision.

S'exprimer: Gaga a formé un lien étroit avec Oprah et la chanteuse a parlé de sa santé mentale dans une interview l'année dernière pour Oprah's 2020 Vision: Your Life In Focus (photo)

La chanteuse a déclaré qu'en plus d'avoir reçu un diagnostic de SSPT, elle a reçu un diagnostic de fibromyalgie - une maladie qui provoque une douleur généralisée et une fatigue extrême.

Elle a déclaré: «J'ai été violée à plusieurs reprises à l'âge de 19 ans et j'ai également développé un SSPT à la suite d'un viol et de ne pas avoir traité ce traumatisme.

"Je n'avais personne pour m'aider, je n'avais pas de thérapeute, je n'avais pas de psychiatre, je n'avais pas de médecin pour m'aider à traverser cela", a-t-elle déclaré.

« Je suis tout d'un coup devenu une star et je parcourais le monde, allant de la chambre d'hôtel au garage en passant par la limousine et la scène, et je ne m'en suis jamais occupé, puis tout d'un coup j'ai commencé à ressentir cette douleur intense et incroyable dans tout mon corps qui imitait la maladie que j'ai ressentie après avoir été violée.

Gaga a expliqué comment, après avoir demandé de l'aide, elle a découvert que les médicaments l'avaient aidée.

Brave: Elle a déclaré: "J'ai été violée à plusieurs reprises quand j'avais 19 ans, et j'ai également développé un SSPT à la suite d'un viol et de ne pas avoir traité ce traumatisme"

Elle a déclaré à Oprah: «Les médicaments m'ont énormément aidé. Je prends un antipsychotique. [Si je ne le prenais pas] j'allais très souvent en spirale et j'avais des spasmes dans mon sommeil.

La native de New York a déjà parlé de son expérience dans une interview avec Howard Stern en 2014, affirmant que cela avait inspiré sa chanson Swing.

Elle a déclaré: ' J'ai vécu des choses horribles dont je suis capable de rire maintenant, parce que j'ai subi beaucoup de thérapie mentale et physique et de thérapie émotionnelle pour guérir au fil des ans.

« Ma musique a été merveilleuse pour moi. Mais, vous savez, j'étais une coquille de mon ancien moi à un moment donné. Je n'étais pas moi-même.

"Pour être honnête, j'avais environ 19 ans. Je suis allé à l'école catholique et puis toutes ces choses folles se sont produites, et je me suis dit:" Oh, est-ce que c'est comme ça que les adultes sont? ". J'étais très naïf.

Utiliser sa voix: Gaga a insisté sur le fait qu'elle ne cherche pas la pitié et veut juste raconter son histoire pour aider les autres

Qu'est-ce que le trouble de stress post-traumatique (TSPT)?

Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) est un trouble anxieux causé par des événements très stressants, effrayants ou pénibles.

Les personnes atteintes du SSPT souffrent souvent de cauchemars et de flashbacks à l'événement traumatisant et peuvent souffrir d'insomnie et d'une incapacité à se concentrer.

Les symptômes sont souvent suffisamment graves pour avoir un impact sérieux sur la vie quotidienne de la personne et peuvent apparaître juste après l'événement traumatisant ou des années plus tard.

On pense que le TSPT affecte environ une personne sur trois qui ont une expérience traumatisante, et a été documenté pour la première fois pendant la Première Guerre mondiale chez des soldats ayant subi un choc d'obus.

Les personnes qui craignent d'être atteintes du SSPT devraient consulter leur médecin généraliste, qui pourrait leur recommander une psychothérapie ou des antidépresseurs, selon le NHS.

Lorsqu'on lui a demandé si elle avait déjà affronté le violeur, qui avait 20 ans de plus qu'elle, elle a répondu: "Je pense que cela me terrifierait. Cela me paralyserait.

«Je l'ai vu une fois dans un magasin et j'étais tellement paralysé par la peur. Parce que ce n'est que lorsque j'étais un peu plus âgé que je me suis dit : "Wow, c'était vraiment foiré."

La chanteuse de Bad Romance a déclaré à Stern qu'elle n'avait pas parlé de l'agression au moment où elle s'était produite, car elle "en était tellement traumatisée que je devais continuer et sortir de là".

Elle a ajouté: "Cela arrive tous les jours et c'est vraiment effrayant et c'est triste et vous savez, cela ne m'a pas affecté autant juste après que cela l'a fait environ quatre ou cinq ans plus tard. C'était si dur.

Gaga a déclaré qu'elle "n'était même pas disposée au départ à admettre que quelque chose s'était même passé", car elle ne "voulait pas être définie par cela".

«Je serai damné si quelqu'un dit que chaque chose créativement intelligente que j'ai jamais faite se résume à une tête qui m'a fait ça. Je vais assumer la responsabilité de toute ma douleur en étant belle … je l'ai fait.

Dans une interview avec In Style l'année dernière, Gaga a parlé de sa santé mentale, six ans après avoir partagé son histoire déchirante.

"Je pense qu'il m'a fallu un certain temps pour faire le deuil des choses qui me sont arrivées, et je ne pouvais pas être en colère contre moi-même pendant combien de temps cela a pris", a-t-elle déclaré.

« J'ai été déprimé et j'ai été à l'épicerie et j'ai vu des photos de moi et je suis parti : « Eh bien, j'ai l'impression que tout va bien ». Mais je paniquais secrètement, et le monde n'en avait aucune idée. Ou certaines personnes dans le monde.

Le chanteur a ajouté: "Je déteste utiliser cette phrase" le monde ", c'est tellement égocentrique de supposer que le monde entier pense à moi ou sait pour moi. Ce n'est pas le cas.

Difficile: dans une interview avec Oprah sur sa nouvelle émission, le prince Harry a révélé qu'il avait essayé de demander de l'aide à sa famille lorsque Meghan a affirmé qu'elle se sentait suicidaire, qu'il avait été "réduit au silence"

Pendant ce temps, dans des interviews franches avec Oprah Winfrey sur sa nouvelle émission, le prince Harry a révélé qu'il était découragé de discuter de sa santé mentale lorsqu'il était enfant après la mort subite de sa mère, et lorsqu'il a essayé de demander de l'aide à sa famille plus récemment – ​​quand Meghan a affirmé qu'elle se sentait suicidaire – il a été «confronté au silence total» et à la négligence.

Il a déclaré: «Je pensais que ma famille aiderait, mais chaque demande, demande, avertissement, quel qu'il soit, vient de rencontrer un silence total, une négligence totale.

«Nous avons passé quatre ans à essayer de le faire fonctionner. Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour rester là-bas et continuer à jouer le rôle et à faire le travail. Mais Meghan se débattait.

Harry a déclaré que la façon dont Meghan se sentait lui rappelait les derniers jours de sa propre mère.

Revendications: Harry a déclaré que sa famille avait essayé de l'empêcher, lui et Megan, de partir alors qu'elle avait des pensées suicidaires

"L'histoire se répétait", dit Harry à Oprah. «Ma mère a été poursuivie à mort alors qu'elle était en couple avec quelqu'un qui n'était pas blanc. Et maintenant, regardez ce qui s'est passé.

«C'est incroyablement déclenchant de perdre potentiellement une autre femme dans ma vie. Comme, la liste s'allonge. Et tout revient aux mêmes personnes, au même modèle commercial, à la même industrie », a-t-il déclaré.

Le prince a discuté de son incapacité à traiter le chagrin de la mort de sa mère, l'impuissance qu'il ressentait pour la protéger, sa dépendance à la drogue et à l'alcool pour engourdir la douleur, son anxiété et son sentiment d'être piégé dans le palais et comment la thérapie l'a aidé à « briser le cycle.'

Fondre en larmes: Oprah a pleuré en parlant à Harry lors de l'entretien émotionnel

«Pour moi, la thérapie m'a équipé pour pouvoir tout affronter», a-t-il déclaré.

Lorsqu'on lui a demandé s'il avait des regrets, il a répondu qu'il n'avait pas pris position plus tôt dans sa relation avec Meghan.

"Finalement, lorsque j'ai pris cette décision pour ma famille, on m'a toujours dit:" Vous ne pouvez pas faire ça ", a raconté Harry à Oprah. « Et c'est comme : « Eh bien, à quel point cela doit-il être grave jusqu'à ce que je sois autorisé à le faire ? » Elle [Markle] allait mettre fin à ses jours. Il ne devrait pas avoir à en arriver là.

Trauma : Harry a dit qu'il avait l'impression que l'histoire se répétait quand Megan s'est sentie suicidaire, lui rappelant la mort de sa mère. Il est photographié, à droite, avec son frère, William, aux funérailles de la princesse Diana en 1997

La caractéristique la plus remarquable de l'émission survient lorsqu'un Harry de 13 ans est vu en train de regarder le cercueil de sa mère – celui de Diana, princesse de Galles – le croiser lors de ses funérailles à Londres en 1997.

On peut voir le prince Charles parler à son fils au cœur brisé alors qu'une voix off féminine dit sur une musique dramatique: "Traiter les gens avec dignité est le premier acte".

Harry dit à Oprah : " Prendre cette décision de recevoir de l'aide n'est pas un signe de faiblesse. Dans le monde d'aujourd'hui plus que jamais, c'est un signe de force.'

L'émission a également eu des entretiens avec l'actrice Glenn Close et la reine du talk-show américain Oprah elle-même, ainsi qu'un reportage sur un réfugié syrien nommé Fawzi, décrit comme un héros de l'émission.

Le prince Harry ne serait pas payé pour son implication dans la série et selon Hello !, il aurait choisi de faire des dons à des associations caritatives pour la santé mentale en échange de son implication dans le programme.

Avec Winfrey, le duc de Sussex est un producteur exécutif de The Me You Can't See, qui a été présenté en première sur Apple TV+ vendredi.

Peuvent-ils s'en sortir ? Les experts ont déclaré qu'ils s'attendent maintenant à ce que Harry parle à nouveau de sa famille et de sa décision et de celle de sa femme de démissionner en tant que membres de la famille royale dans le prochain documentaire.

"Je suis psychologiquement traumatisé": Glenn Close, 74 ans, dit que grandir dans une secte a fait échouer toutes ses relations alors qu'elle fait une apparition émouvante sur le documentaire Apple TV + du prince Harry

Glenn Close a révélé l'impact "dévastateur" de grandir dans une secte.

Faisant une apparition émouvante dans les nouvelles docuseries sur la santé mentale Apple TV+ du prince Harry et Oprah, The Me You Can't See, l'actrice de 74 ans a parlé franchement de son traumatisme d'enfance.

Quand elle était encore enfant, le défunt père de Glenn, le Dr William Taliaferro Close, est devenu amoureux d'un nouveau groupe religieux conservateur, le réarmement moral.

Finalement, il a déménagé la famille au siège de l'organisation en Suisse, coupant ainsi Glenn de la vie qu'elle connaissait autrefois.

Candide: Glenn Close a révélé l'impact «dévastateur» de grandir dans une secte lors d'une apparition émotionnelle sur les nouveaux docuseries Apple TV + sur la santé mentale du prince Harry et Oprah

Parlant de son expérience traumatisante dans la série, Glenn a déclaré: “ J'étais dans ce groupe appelé MRA et c'était fondamentalement un culte, tout le monde disait les mêmes choses et il y a beaucoup de règles, beaucoup de contrôle.

« À cause de la façon dont nous avons été élevés, tout ce que vous pensiez faire pour vous-même était considéré comme égoïste. Nous ne sommes jamais partis en vacances ou n'avons eu aucun souvenir collectif de choses autres que ce que nous avons vécu, ce qui était vraiment horrible.

Détaillant l'impact que cela a eu sur sa santé mentale, Glenn a expliqué: «Nous étions tellement brisés. Il est étonnant que quelque chose que vous vivez à un stade si jeune de votre vie ait encore un tel potentiel d'être destructeur.

"Je pense que c'est un traumatisme d'enfance, à cause de la dévastation, émotionnelle et psychologique, de la secte."

Emotional: Glenn, who has been married three times, stated, 'I have not been successful in my relationships and finding a permanent partner and I'm sorry about that'

Childhood: When Glenn was seven, her parents entered the controversial international spiritual movement Moral Re-Armament (pictured centre with sister Tina and her parents)

Glenn, who has been married three times, added: 'I have not been successful in my relationships and finding a permanent partner and I'm sorry about that.

'I think it's our natural state to be connected like that. I don't think you ever change your trigger points but at least you can be aware of them and at least you can maybe avoid situations that might make you vulnerable, especially in relationships'.

Laughing, she added: 'It's probably why we all have our dogs!'

Second marriage: Glenn was married to businessman James Marlas from 1984 to 1987 (pictured in 1984) after leaving the cult

When Glenn was seven, her parents entered the controversial international spiritual movement Moral Re-Armament – revolving around the idea that changing the world begins with change in the individual – founded in 1938 by the Rev Frank Buchman, an evangelical fundamentalist from Pennsylvania.

Glenn and her siblings were sent to live at the group's headquarters in Switzerland for two years while their father was in Africa, and the family would remain part of MRA for 15 years.

Glenn was left having nightmares about her time with MRA and has spoken openly of the time she's spent in therapy, while her sister Jessie grew up with mental health issues and had several disastrous marriages before being diagnosed as bipolar in her 50s.

Third marriage: In 2015, Glenn divorced her third husband David Shaw in 2015 after nine years of marriage

It was while she was in the movement that Glenn sang with the ultra-clean-cut group Up With People, and it was there too that she met her first two husbands.

The first marriage, which she has called 'a kind of arranged marriage', ended before she even left MRA. She wed Cabot Wade, a guitarist and songwriter in 1969, with the couple divorcing three years later.

She finally broke with MRA – she's never spoken of how – to enter the prestigious College of William and Mary in Virginia to study drama at the age of 22.

During this time she was married to businessman James Marlas from 1984 to 1987.

Former flame: Glenn has also been in relationships with actor Len Cariou and producer John Starke (pictured) with whom she has a daughter Annie, 27

Proud mother: Glenn's daughter Annie Starke, 33, is also an actress and the pair have a strong bond with one another

In 2015, Glenn divorced her third husband David Shaw in 2015 after nine years of marriage.

WHO ARE THE MORAL RE-ARMAMENT GROUP?

Glenn's family joined the Moral Re-Armament (MRA) when she was seven.

In 2001, the movement was renamed Initiatives of Change,

The group is an international moral and spiritual movement developed from American minister Frank Buchman's Oxford Group - a Christian organisation.

Initiatives of Change has spiritual roots but no religious affiliation, and invites 'those with a faith. both to explore the roots of their own tradition, and to discover and respect the beliefs of others.'

Initiatives of Change has programs in over 60 countries including the US, India, UK and Switzerland.

They describe themselves as 'a world-wide movement of people of diverse cultures and backgrounds, who are committed to the transformation of society through changes in human motives and behaviour, starting with their own.'

Glenn has also been in relationships with actor Len Cariou and producer John Starke, with whom she has a daughter Annie, 27.

She was also engaged for four years to carpenter Steve Beer whom she met while starring in Sunset Boulevard on Broadway in the mid-1990s.

The actress was also romantically linked to actor Robert Pastorelli who found fame as Candice Bergen's house painter in the TV series Murpy Brown.

The pair met in 1999 and Pastorelli went on to star opposite Close in a TV version of the musical South Pacific in 2001 and on stage opposite her in a 2002 production of A Streetcar Named Desire.

Pastorelli was found dead in his Hollywood Hills home in 2004 at the age of 49.

Elsewhere in the interview, Glenn spoke about the mental health problems that have plagued her family, including her sister's battle with bipolar and her nephew's schizophrenia diagnosis.

Reflecting on her decision to stay separate from Hollywood and return to Montana to be along her family, she said: 'H ere I am at this point in my life after 45 years that I've been an actress, getting comfort and companionship on a regular basis from my family. I've come home to them'.

Glenn grew up alongside elder sisters Tina and younger sibling Jessie, who battled with her own mental health demons throughout her life.

Glenn said being around her sisters has kept her 'psychologically grounded', but grew emotional as she spoke about Jessie's struggles.

Jessie was diagnosed with bipolar at the age of 50 after a lifetime of struggling with suicidal thoughts.

Glenn recalled: 'Jessie was always considered the wild one, the rebel, but when she came up to me one summer at my parents house in Wyoming, her kids were already in the car, and she came up to me and said "I need help, I can't stop thinking about killing myself", and for me it was a shock.

'She ended up in hospital I took her there. She was finally at age 50 properly diagnosed with bipolar one with psychotic tendencies.'

Speaking out: Elsewhere in the interview, Glenn spoke about the mental health problems that have plagued her family, including her sister's battle with bipolar

Welling up, Glenn continued: 'Jessie told me that she was afraid if parents found out that she had bipolar,they wouldn't let their children play with her daughter '.

Jessie then addressed the camera to add: 'I still have a little hesitation and embarrassment when I say I'm depressive bipolar one.

'I'm quite steady now, I no longer have psychotic thoughts. I had a swirl going round my brain telling me to kill myself until I was on the proper medication. It's not fun having a voice in your head telling you to commit suicide all the time, and if it wasn't for my children I probably would have.'

Jessie then spoke about more mental illness in their family, revealing that her eldest son Calen had been hospitalised for two years with schizophrenia and her battle to ensure he was cared for.

Family unit: Glenn (centre) grew up alongside elder sisters Tina (left) and younger sibling Jessie (right) who battled with her own mental health demons throughout her life.

'It was a generational issue': Robin Williams' son Zak, 38, says his battle with addiction mirrored his late fathers and vows to 'break the cycle' with his own son on Prince Harry's Apple TV+ doc

Robin Williams' son has claimed his struggle with drink and drugs was 'generational' as he noted the similarities with his father's addiction battle.

Appearing on Prince Harry and Oprah's new Apple TV+ mental health docuseries, The Me You Can't See, Zak Williams, 38, also vowed to 'break the cycle' now that he is a father himself.

Zak's late father Robin had a widely documented battle with addiction before he was found dead in his home in 2014 from suicide aged 63 .

Robin had publicly acknowledged his issues and even managed a 20-year stint of sobriety before relapsing.

Mirrored: Robin Williams' son has claimed his struggle with drink and drugs was 'generational' as he noted the similarities with his father's battle (pictured in 2008)

However, Zak revealed that he too struggled with his own demons, and continued to use abusive substances throughout his father's life.

He explained: 'There's a generational issue going on. I've experienced mental health issues my entire life.

'I had obsessive compulsive disorder - having to count out certain actions before I went to bed at night, obsessing over things. I didn't sleep very much as a kid.

'I had really bad insomnia, a lot of energy and a racing mind and I inherited that to some degree.'

New man: Appearing on Prince Harry and Oprah's new Apple TV+ mental health docuseries, The Me You Can't See, Zak Williams, 38, also vowed to 'break the cycle' now that he is a father

Explaining how that lead to drug abuse, he continued: 'As an adolescent I found using alcohol and drugs helped me calm my mind.

'It became a very normal experience to rely on them and things like that to manage the racing mind.

'I started to realise elements of myself that were like him [Robin]. My anxiety, my bouts of depression, OCD, drugs, drinking like him.

'When I wasn't self-medicating, things felt completely overwhelming for me. And it just became part of my identity to get through the day.'

Heartbreaking: Zak's late father Robin had a widely documented battle with addiction before he was found dead in his home in 2014 from suicide (pictured in 2008)

Noting yet more similarities with his father, Zak continued: 'The weird thing for me is I would use uppers, cocaine and the like to calm down. I talked to my dad about it, he was similar.

'He would use uppers as a way of focusing, relaxing. We began to have a deeper, more profound understanding of one another is when he decided to stop drinking, which is around the time that I first realised I had a problem.

'So we engaged around that. I wanted to be able to get to know him better, I didn't understand what he had been through.'

Zak went on to note that he noticed the 'frustration' in his father after he was diagnosed with Parkinson's, saying the comedian was 'slowly drifting', while Zak continued to drink and became 'overwhelmed and exasperated'.

Struggles: Zak's late father Robin had a widely documented battle with addiction before he was found dead in his home in 2014 from suicide

Zak was Robin's only child with ex-wife Valerie Velardi. The comedian was also father to daughter Zelda, 31, and son Cody, 29, from his marriage to Marsha Garces.

Robin's drug and alcohol problems first arose while he was still appearing in Mork & Mindy- right at the start of his fame.

He had acknowledged drug and alcohol problems in the 1970s and `80s and was among the last to see John Belushi before the Saturday Night Live star died of a drug overdose in 1982.

He would later call the death of his good friend Belushi from cocaine and heroin overdose part of why he chose to go sober for the next 20 years.

'Was it a wake-up call? Oh yeah, on a huge level,' he once said.

Struggles: Zak's journey to sobriety was challenging, as he explained how he went off the rails following his father's death

His struggle would continue for decades.

In 2006, Williams relapsed and described his family's reaction to the news in a September 2013 Parade Magazine interview:

'It was not an intervention so much as an ultimatum. Everyone kind of said, "You’ve got to do this." And I went, "Yeah, you’re right."'

His divorce from his wife of 19 years and mother of two of his three children, film producer Marsha Garces, came a couple of years later and many outside his family's inner circle opening suspected his substance abuse struggles were to blame.

Zak's journey to sobriety was equally as challenging, as he explained how he went off the rails following his father's death.

Detailing the challenges of grieving in public, Zak spoke about the challenges of grieving publicly and being unable to speak through issues with his father before his untimely death.

Cute couple: After turning his life around, Zak married his girlfriend of two years, Olivia June, on World Mental Health Day in October last year

Zak explained: 'My life became unmanageable as part of that. I was just angry and sad and didn't want to feel anything so it just created wreckage.

'I was drinking to excess, damaging my relationship with my family I was experiencing psychosis. It was difficult for me to have just normal engagements with people, because I felt so broken and so isolated. I needed help.

'I was diagnosed with post traumatic stress disorder and that was a wake-up call. I needed to change my life. I had to cut out the self medicating and experience the things that I needed to experience and just feel despite how painful it all felt.'

It was through his healing journey that Zak wanted to help others, and began working with mental health organisations.

Mickey: Olivia and Zak named their son McLaurin after Robin's middle name. 'Mickey' for short, the pair welcomed him into the world in May 2019

After turning his life around, Zak married his girlfriend of two years, Olivia June, on World Mental Health Day in October last year, and the couple share two-year-old son McLaurin aka Mickey, named after Robin's middle name.

Revealing that his son spurs him on to stay on the right path, Zak added: 'I'm committed to being sober and continuing to treat the underlying symptoms that lead me to addictive behaviour.

'It's only in hindsight that you see "wow there's a generational issue going on".

'I love being a parent, it's the best thing ever. Do I see it as an opportunity to break a generational cycle? Yeah, there's a major opportunity to show up for my son clear eyed and focused. To be there for him.'

Determined: Revealing that his son spurs him on to stay on the right path, Zak added he was 'determined' to break the depressive and addictive 'generational' cycle in his family


'A Star Is Born' Actress Lady Gaga Spills the Hidden Meaning Behind &ldquoShallow&rdquo Song Lyrics

The Oscar-nominated duet with Bradley Cooper has such a beautiful message.

If you've bawled your eyes out listening to the songs from the 2018 remake of UNE Star Is Born, rest assured, you're definitely not alone.

Particularly, "Shallow," the duet between Lady Gaga et Bradley Cooper, seems to be resonating with so many. On Youtube, the Oscar-nominated song, which Gaga co-wrote, has over 300 million views so far. Apart from that, it became the "Born This Way" singer's longest-leading number one on Billboard's Digital Song Sales chart ever.

But what is it about this song that makes people get such a big lump in their throats whenever they hear it? While the lyrics of the tune probably mean something different to each person who listens to it, Lady Gaga told Variety that the song doesn't just connect Ally (Gaga) and Jackson's (Cooper) romance. That's the "shallow," if you will. What's actually happening in "the deep end" is something much more profound, she says.

The Best Actress nominee sees the lyrics having special meaning, especially in light of the #MeToo movement:

And so, with "Shallow," she says the words signify a time when men and women are having an open dialogue with each other.

"That conversation is what makes the song successful and beautiful and why people cry when they hear it," Gaga said. "It&rsquos because that man and woman connect, and they are listening to each other."

It's a message that Gaga is hoping to get across when she performs the song next with Bradley at the 2019 Oscars. Apart from the awards show, you can also catch them belting out the moving hymn in the below video from one of Gaga's recent Vegas residency shows. It goes without saying, but make sure the tissues aren't too far out of reach when you do.


11 Cymbalta Side Effects You Should Know About

Depression. Anxiety. Obsessive compulsive disorder. Fibromyalgia. These are just a few of the reasons why you might be prescribed Cymbalta.

Cymbalta (generic name duloxetine) is a serotonin and norepinephrine reuptake inhibitor&mdasha.k.a. SNRI&mdashwhich makes it a bit different from other antidepressants like Prozac, says Gail Saltz, M.D., is a psychiatrist and the author of The Power of Different: The Link Between Disorder and Genius. That's because Prozac is an SSRI (selective-serotonin reuptake inhibitor), and only affects serotonin.

Because Cymbalta also affects norepinephrine, it&rsquos used to treat diabetic peripheral neuropathic pain, fibromyalgia, and chronic musculosckeletal pain in addition to depression and a variety of anxiety disorders. It&rsquos additionally used off-label (meaning the FDA does not endorse but allows) for OCd and picking or habit disorders like pulling out hair (trichotillomania) or severe nail biting.

Antidepressants like Cymbalta can be life-changing for the many people who use them, but like any drugs, they pose risks. &ldquoSome people be more sensitive to side effects, and some people will have none at all,&rdquo says Saltz. &ldquoUsually it will go away within about two weeks, once you&rsquore used to the dose.&rdquo

Here are 11 Cymbalta side effects that you should know about.

The goal with antidepressants is to reduce major symptoms and then taper off after about nine months, Saltz says.

But it can be hard to quit Cymbalta when the time comes, in large part due to withdrawal symptoms. One study found that dizziness, nausea, headaches, and paresthesia (commonly called &ldquobrain zaps,&rdquo or a sensation of electric shock in the brain) were common when going off the drug. Withdrawal symptoms lasted about two weeks on average.

The longer you&rsquore on Cymbalta, the more likely it is to be an issue. And the risks of staying on the drug for the long-term are unknown. &ldquoWhat we do know is it is always important for everyone to taper off slowly [and under doctor supervision]. Abruptly stopping is much more likely to produce symptoms,&rdquo she says.

People 24 and younger may experience thoughts of suicide on Cymbalta. According to the FDA, the risk is greatest in those under the age of 18 and elevated in people ages 18 to 24.

This may be because Cymbalta can worse or cause symptoms including anxiety, agitation, panic attacks, insomnia, irritability, hostility, aggressiveness, impulsivity, hypomania, and mania.

At the same time, suicide risk actually decreases in people 25 and over, particularly among people over the age of 65.

&ldquoAny of these drugs may increase suicidal thoughts in periods of time when there&rsquos a big shift&mdashwhen you&rsquore starting or raising a dose,&rdquo says Saltz. &ldquoThe numbers aren&rsquot big, so we don&rsquot know who will be affected.&rdquo

No getting around this one: Pretty much all antidepressants have the potential to zap your sex drive. In fact, low libido is one of the most common side effects of drugs like Cymbalta&mdashalthough it doesn&rsquot affect everyone.

If it does, your doctor might try decreasing your dose and/or your therapist may offer behavioral tricks to get around it. &ldquoSometimes it goes away. Other times it may be intolerable, in which case it might not be a drug that&rsquos good for you,&rdquo says Saltz.

If you find that you feel super-fatigued on Cymbalta, your doctor may suggest taking it at night before bed, when drowsiness isn&rsquot a problem, or taking a divided dose, says Saltz.

While drugs like antihistamines don&rsquot interact with SNRIs, your doctor will also advise you to skip them because, in combination, these two drugs can make you extra-drowsy.

With both SSRIs and SNRIs, increased blood pressure is possible. &ldquoThink of when you get a big adrenaline rush. You get basal restriction, which causes your blood pressure to go up,&rdquo says Saltz. A similar reaction can happen when you&rsquore taking Cymbalta.

For most people, especially younger people, it&rsquos not an issue. But if you already have borderline or high blood pressure, your doctor will want to keep an extra close eye on you.

Some people experience light-headedness or dizziness, especially when they first start Cymbalta. &ldquoIt has to do with a shift in blood pressure. You&rsquoll want to get up slowly from lying positions,&rdquo says Saltz. If it continues, or really bothers you, definitely check in with your doctor.

Both medications and alcohol are metabolized&mdashi.e. processed&mdashby your liver, and consuming either in high levels can cause jaundice and other more serious liver problems. &ldquoLiver problems are pretty rare but bad,&rdquo says Saltz.

The risk rises if you drink alcohol while taking Cymbalta: One drink is more like two. Certain other drugs, including some OTC ones, can also potentially interact with Cymbalta and be hard on your liver. &ldquoThat&rsquos why it&rsquos very important to discuss all other medications you&rsquore taking with your doctor,&rdquo Saltz says.

In very rare instances, taking aspirin, nonsteroidal anti-inflammatory drugs, warfarin, and other anti-coagulants while on Cymbalta can cause excessive bleeding. &ldquoTalk to doctor before you take those meds,&rdquo says Saltz.

One very rare but serious side effect of Cymbalta and other antidepressants is serotonin syndrome. &ldquoRaising serotonin levels a certain amount can be helpful, but a lot can cause toxicity and even kill you,&rdquo explains Saltz. If you experience fast heartbeat, loss of coordination, extremely restlessness, agitation, and/or hallucinations, tell your doctor right away, who will likely take you off of the medication immediately.

Overdose can also be a problem. &ldquoSomeone who purposely took a bottle might say they&rsquore only antidepressants, but it&rsquos very dangerous. And if your kid gets a hold of a bottle, call poison control and head to the ER right away,&rdquo says Saltz.

Gastrointestinal symptoms like nausea, diarrhea, constipation, and heartburn are not as rare as overdose or death, but they&rsquore obviously not as serious, either. Other milder symptoms include headaches, dry mouth, loss of appetite, and night sweats. &ldquoWe try to figure out if they can be managed over time. They can go away, but they don&rsquot always,&rdquo says Saltz.

One last word of warning: Be sure to let your doctor know if you have a family or personal history of bipolar disorder, because antidepressants may increase your likelihood of becoming manic. &ldquoIf you experience periods of time of where you feel highly agitated and irritable or overly confident and sped up, ask your doctor,&rdquo says Saltz. &ldquoIt&rsquos not that you wouldn&rsquot be prescribed an antidepressant, but you really want to be cautious. You&rsquod be checked more frequently and might be put on a mood stabilizer instead.&rdquo


Why Amazon Will Gain From Loss On Lady Gaga's Born This Way

Lady Gaga's new album: Amazon's best million-dollar loss.

The more copies Lady Gaga's Born This Way sells, the more money Amazon loses. At face value, that sounds like a terrible situation for an online retail giant hawking the most anticipated record of the year. On closer inspection, though, Amazon's decision to sell the album for .99 per copy--at a significant loss--amounts to more of a shrewd advertising outlay than a pricey publicity stunt.

Lady Gaga's manager has denied any involvement with the promotion, leading some outlets to speculate that Amazon paid a wholesale price of $8.39 for Born This Way (based on the fact that Apple's iTunes is selling the album for $11.99 per album and keeps 30% of sticker price). But a source informs me that Amazon negotiated with Interscope/Universal to pay a wholesale price of $7. That means the retailer is taking a somewhat smaller hit of about $6 per album sold. Numbers haven't been released, but the deal's first-day traffic "definitely melted some servers," according to an Amazon spokesperson.

So how many copies will actually be sold? Though the promotion was initially billed as a one-day event, Amazon brought back its .99 offer today. The company has never moved more than 100,000 copies of an album in a week, but with prognosticators projecting total sales of 800,000 copies in Born This Way's first week, Amazon will likely shatter that mark with ease. Some insiders believe Amazon will sell 200,000 copies of Gaga's album, meaning the retailer would be taking a loss of about $1.2 million.

Even so, it's a big win for Amazon, as the promotion amounts to a massive advertisement. Stars of Gaga's magnitude generally charge exorbitant rates to dish out product endorsements, if they're willing to do so at all. Toby Keith, for example, gets about $5 million annually for his relationship with Ford. Gaga herself reportedly received $1 million from a Russian billionaire who wanted to make a cameo in the video for her song "Alejandro."

"Amazon would have had to pay millions to get a [traditional] endorsement from Lady Gaga," says John Branca, an entertainment attorney who's represented Michael Jackson, Aerosmith, The Rolling Stones and others. "The promotion is great for Amazon because they get new customers and they advertise their new service. It's great for Lady Gaga as well because she moves some copies and her fans get the record for a buck."

Indeed, paying $1.2 million for a Gaga-related promotion during the week of her album launch seems like a bargain, especially considering that Amazon recently rolled out its much-anticipated Cloud Drive music service. Even if the .99 deal doesn't translate directly into a seven-figure sales boost for Amazon, the word-of-mouth alone would appear to be worth the cost.

"It definitely grabs mind space," says entertainment attorney Donald David, whose client list includes Tupac Shakur. "I'm 63 yrs old. I'm not your ideal candidate for cloud computing for storing music. But even I, from all the news coverage, know about this. And the people who buy the album are the ideal demographic."

As for Gaga, the Amazon boost will likely pale in comparison to what she makes on the road--she's been grossing $1.3 million per concert. And in any case, it's just a drop in her ever-growing earnings bucket: Gaga topped FORBES' annual Celeb 100 list with earnings of $90 million over the past 12 months.

UPDATE: Billboard is reporting that Amazon sold 430,000 copies of the .99 version of Lady Gaga's Born This Way during its two promotion days (a deluxe version with three more songs sold an estimated 10,000 additional copies). That would bring Amazon's loss to about $2.6 million over two days, by my math. It'd also mean Amazon sold four times as many units of the album as Apple's iTunes--another reason why the promotion was worthwhile.

For more on the business of music, check out my Jay-Z biography, Empire State of Mind: How Jay-Z Went From Street Corner to Corner Office. You can also follow me on Twitter @zogblog.


Lady Gaga and Ariana Grande are storming the pop charts this week with “Rain On Me”

Courtesy of Youtube

The weather forecast for his week calls for rain. Before Lady Gaga released her new album “Chromatica,” she let us have a taste of what is to come with a second single. “Rain On Me” featuring Ariana Grande was teased for weeks, with album art that resembled cover art from an old-school PlayStation 1 game. Then on the evening of Thursday, May 21, the song was released with the music video coming out the following day.

In an interview with Zane Lowe for Apple Music , Lady Gaga commented that this song, as well as her new album, “Chromatica,” works as her return to pop and the reclaiming of her dancefloor. Fans of Gaga, as well as fans of Grande, are left with no other choice but to dance.

“Rain On Me” is a combination of dance-pop, electropop, disco and house. The song was produced by Bloodpop, who has worked with Gaga previously, but Grande was also present in the production of the song, even receiving writer’s credit.

It was refreshing to see the deep involvement of Ariana Grande, as artists all around have not taken this level of involvement in collaborations. This allowed for the song to feel as if it belonged to both artists. Grande also talked to Apple Music, where she mentioned that the friendship she has with Gaga allowed for trust during the recording process, and thus pushed both artists to try new things and get out of their comfort zones.

Lady Gaga describes the lyrics as multidimensional. The concept of “Rain On Me” touches on her past with alcohol. “I’d rather be dry, but at least I’m alive. Rain on me” is a lyric about how she would rather not have to drink, but at least she is still alive and she is in a position in which she can only rise. This may not be super clear to casual listeners, but the song does have an uplifting vibe.

From the first few chords, the song sounds like a pop banger with high energy in the tempo and a powerful baseline. After the first bridge, Grande comes into the song very swiftly, with a higher tempo than what we have been used to. Grande’s style in “Rain On Me” aligns more with her dance roots on her album “My Everything.” Her vocals are soft yet powerful, which worked really well with Gaga’s strong vocals. The harmonies between the two are very particular in a good way, but they could be polarizing. It seems as if Gaga let Grande put an air of gracefulness with her voice while Gaga focused on using her vocals to add more of an edge. This helped to make the song sound more like collaboration rather than just a song with a feature. Overall the song has a new and fresh feel while still feeling familiar among Gaga’s discography and even Grande’s.

The music video carries a similar aesthetic as Gaga’s previous music video for “Stupid Love,” as well as Grande’s music video for “Break Free” featuring Zedd. A collaboration between Gaga and Grande was not something that I expected out of 2020, but it makes sense when it is wrapped in a package like this. The music video is filled with splashes of pink and purple, which seems to now be a trademark of “Chromatica.” The music video also has fun dancing that has been copied left and right around TikTok and other forms of social media, confirming Gaga’s claim that this is her reclaiming of a dancefloor.

With great production, a fun beat and two of the greatest figures of pop at the moment, it is simple to see why people all around are calling “Rain On Me” a highlight in pop music for 2020. The success of the song left fans of Lady Gaga as well as fans of pop music with great excitement to see how the rest of “Chromatica” will sound like.

Verdict: “Rain On Me” is a fun dance song that is bound to be a highlight in Gaga’s career. It is a sure way for Gaga to reclaim her dancefloor, and I am definitely looking forward to being able to dance on it.


Pumpkin Spice

Mangez ceci, pas cela !

Unlike the pumpkin spice lattes you love, this drink has actual pumpkin in it. One-third cup of pumpkin provides protein, fiber, omega-3 fatty acids, and 16% of your recommended daily intake of vitamin C — a nutrient researchers say is directly related to the body's ability to burn through fat. In fact, one study by researchers from Arizona State University showed deficiencies of vitamin C were strongly correlated with increased body fat and waist measurements.

  • ½ frozen banana
  • ⅓ cup pumpkin puree
  • 1 teaspoon flax seeds
  • ¼ tsp pumpkin spice
  • 1 cup unsweetened almond milk
  • ⅛ teaspoon vanilla extract
  • 1 scoop plant-based plain protein powder

NUTRITION: 292 calories / 5 g fat / 33 g carbs / 7 g fiber / 14 g sugar / 29 g protein


Voir la vidéo: Boisson énergisante efficace Caféine u0026 taurine u0026 vitamines Facile à préparer Ne pas abuser (Mai 2022).